Patricia Paccinini crée des statues bizarres. Des monstres, avec de vagues caractéristiques humaines qui les rendent vraiment dérangeants … D’autant plus dérangeants que Patricia (la première australienne a intégrer le Wall of Shock) semble s’efforcer de nous les rendre attachants, presque mignons malgré leur laideur repoussante de réalisme … (Piccinini utilise des poils humains et animaux …)