Sea, sex & shock : tricoter avec son vagin

Le bonheur de pouvoir être artiste génito-peintre n’étant pas accessible à tous, tout le monde n’ayant pas un pinceau suffisant ou envie de se fourrer des œufs dans le vagin,  nous avons pour vous, enfin surtout pour nos lectrices, une autre proposition pour occuper les longues soirées d’été :

le  » Vaginal Knitting « 

ou si vous préférez : tricoter avec votre vagin, ou tout du moins avec l’aide de celui-ci.

Bien que finalement, en y pensant bien, rien n’empêche dans un couple, à l’homme d’utiliser le vagin de sa compagne pour s’adonner à cette activité, une sorte de foufoune-sharing.

Vous êtes dubitatif ? Laissons alors la parole à la créatrice de cette pratique, Casey Jenkins, qui a d’imparables arguments pour vous convaincre :

 » Ça éveille les sens, ça peut être inconfortable mais jamais douloureux. Il y a bien des enfants qui sortent de là. »

Quoi, toujours pas convaincu(e) ? Une image valant mille arguments… Voyez la beauté des écharpes que vous pourrez ainsi réaliser :

IMG_0024_1

Toutes les explications pratiques en vidéo :

 

Je vous vois un peu déçu. Vous pensiez qu’elle plongeait au plus profond de son intimité les aiguilles ?  Vous êtes vraiment gores les gars, la pelote de laine c’est déjà pas mal et à mon avis ça fait aussi moins mal.

Si vous voulez plus de détails sur la technique, voyez le site de l’artiste.

Bonus

Si vous n’êtes pas très manuelle mais plutôt sportive, nous avons aussi une solution pour vous : pourquoi ne pas vous mettre à l’althérovaginisme, bref soulever des poids avec votre vagin, en plus c’est super classe sur la plage :

Et voici 10 bonnes raisons de pratiquer ce sport :

 

 

S'abonner à Shockyou

Recevez Shockyou tous les mois dans votre boîte e-mail et découvrez des artistes qui choquent et qui dérangent.

Et accédez à du contenu exclusif, ultra-choquant, le pire du pire du meilleur.

Soeur Josèphe on Facebook
Soeur Josèphe
Soeur Josèphe est une nonne polyglotte ex-toxico passionnée de Shock Art qui a rejoint l'équipe dans la plus grande discrétion en décembre 2015. Pour des raisons évidentes elle tient à garder l'anonymat. Elle cherche des potes sur Facebook.

Laisser un commentaire